Les best practices pour raconter l’histoire derrières les chiffres

Comment raconter l’histoire derrière les chiffres ?

 

Je viens de finir la lecture du rapport « Making data Meaningful » de l’UNECE Mission économique pour l’Europe des Nations unies – disponible ici.

Bourré d’astuces et d’exemples faciles à comprendre, ce rapport nous rappelle comment exceller pour raconter l’histoire derrière les chiffres. Plusieurs « moyens » y sont abordés : l’écrit, la dataviz, le tableau de données, etc.. et si vous parlez anglais, ou espagnol, je vous le conseille. Dans le cas contraire, voici les points qui ont retenu mon attention pour la partie « écriture ».

Les chiffres sont partout

Dans le sport, en histoire, à la Bourse, pour ne citer que quelques exemples.
Mais pour qu’ils puissent être retenus facilement et retenir l’attention, ils doivent raconter une histoire qui dira au lecteur ce qui est arrivé, qui a fait quoi, quand et où, et si possible pourquoi et comment s’est arrivé.
L’histoire doit donc fournir de l’information mais également initier la discussion (et non pas créer la polémique). Les chiffres doivent par conséquent être réputés intègres et fiables. (Sur ce point, voir mon post sur la Gouvernance des données ici)
Pour finir, l’histoire doit nous raconter quelque chose sur le monde dans lequel nous vivons car, non seulement nous ne sommes pas tous aptes à comprendre des données brutes, mais c’est surtout quand elle nous démontre comment ces informations nous affectent que nous y portons un intérêt.
Les chiffres nous guideront alors dans notre activité professionnelle, dans l’éducation de nos enfants, dans le choix de nos achats et nous aideront à prendre de nombreuses décisions.

Et pour raconter une belle histoire, voici les points à retenir :

Avoir un sujet 

De nombreux thèmes peuvent servir le scénario de notre histoire, quelques exemples au choix :
• L’actualité (Euro 2016),
• La vie quotidienne (santé, grèves, inondations),
• Une référence à une communauté précise (Supporter de l’équipe de France, femmes, adolescents),
• Vacances (Voyages, week-ends, bons plans),
• Nouvelles théories scientifiques (la dernière avancée en matière de …),
• Thème lié au calendrier (jours fériés, fête des mères),

Connaitre son audience

Pour qui est-ce que j’écris ? Faire un choix sélectif est devenu difficile à cause d’Internet mais voici quelques tendances à retenir :
1. Une mise en page non engageante n’attirera pas une jeune audience.
2. Nous avons tendance à nous satisfaire rapidement de ce que nous trouvons sur internet. Il faut donc accrocher l’intérêt du lecteur dans les premières lignes et lui indiquer visuellement où trouver l’information qu’il recherche par la mise en page.
3. Puisque nous avons développé une culture du « snack », il nous faut donc des informations concises à digérer.
4. Attention au style trop décontracté ou distrayant qui peut faire perdre en crédibilité.

Expliquer l’histoire à un ami et attention à la forme

• Utilisez un langage simple et prétendez vouloir expliquer votre découverte à un ami ou un collègue qui n’est pas familier avec le sujet,
Vos lecteurs ne seront peut-être pas des experts de la donnée, et les termes économiques ou les acronymes sont parfois difficiles à comprendre. Attention cependant à ne pas paraître condescendant ou paternaliste,
• Faites des phrases courtes, avec une seule idée par phrase,
• Utilisez les listes,
• Attention à la façon dont vous présentez les chiffres : 3.7 Millions $US sera plus lisible que 3.657.218 de Dollars américains,
• Citez vos sources. Il vaut mieux écrire, « L’enquête Customer Effort Score publiée par Ipos en Mai 2016 nous indique » plutôt que « il a été prouvé». Et joignez les liens url pour plus d’informations,
• Evitez d’écrire tout en majuscules ou tout en italiques, un mix de majuscules et minuscules facilitent la lecture. Et puis QUAND VOUS ECRIVEZ TOUT EN MAJUSCULES, on a l’impression que vous criez,
• Un graph ou une photo vaut souvent 1000 mots, alors n’hésitez pas, mais n’en n’abusez pas non plus.

Allez droit au but

N’oubliez pas, on ne veut pas perdre de temps. Surtout sur internet. Alors on évitera de se perdre dans des considérations qui n’ont rien à voir avec l’histoire ou qui se veulent drôles mais hors sujet.

Utilisez le style de la « pyramide inversée »

Le style de la Pyramide inversée est très utilisé dans le journalisme : commencez par les conclusions et continuez par les points secondaires en ordre inverse d’importance.
Donnez tout de suite l’information intéressante dans le titre et ensuite seulement racontez toute l’histoire dans le texte. Si l’histoire est longue, ne pas hésiter à la séparer en plusieurs parties en utilisant des sous-titres.

Les Titres

• Les titres doivent être précis, attirants et ne pas faire peur.
• Il doivent résumer le fait le plus important du texte ou du paragraphe et ne pas raconter toute l’histoire.
• Il ne doivent pas être plus long qu’une ligne de texte.

Le premier paragraphe

Le premier paragraphe devra être l’élément le plus important de l’histoire et retenir l’attention du lecteur pour qu’il capture l’idée principale et lui donne envie de la lire. Ce n’est pas une introduction, c’est le fil directeur de l’histoire, concis, simple et claire. Si possible, indiquez le contexte pour la rendre encore plus intéressante. Incluez quelques chiffres et n’essayez pas de résumer toute votre histoire à ce niveau, indiquez plutôt les 1 ou 2 faits les plus intéressants et les plus importants.

Les paragraphes suivants

Ils devront commencer par une phrase qui ne contient pas de nombres. On les introduira dans la phrase suivante.
Exemple : La population de la ville de “abc” est en constante augmentation.
Ce qui porte la population à 33 000 habitants, soit une augmentation de 5% par rapport à 2015.

Voilà, vous l’avez compris, les chiffres ne parlent pas, ils font passer un message, et une bonne histoire est nécessaire pour nous permettre de les retenir plus facilement.

Ce même rapport aborde les best practices pour raconter une histoire avec une visualisation ou un tableau. Je vous en parlerai dans un prochain post.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *